02/03/2018

A un perce-neige

DSCN6408.JPG

Fleurette un peu solitaire bordée de cristaux de neige, aussi blanche qu’eux, une fois encore je te revois la tête baissée comme si tu avais peur de déranger, comme si tu te sentais un hôte indésirable.

En cette période où les tempêtes, guettant les levers de soleil, font leurs incursions du haut des montagnes jusqu’aux fins fonds des plaines, tu es pourtant le bienvenu, bienvenu comme un ami qui offre bien plus que les promesses.

Le joli mois de mai bientôt garnira les orées d’épais tapis de jonquilles, leurs parfums se mêlant aux folâtres tourbillons des doux vents d’ouest. Mais même alors, je n’oublierai pas ta grâce sans prétention, perce-neige à la sobre allure, audacieux signe avant-coureur du printemps et jalon fidèle du défilé des années qui passent.

 

Traduction de « To a Snowdrop » de William Wordsworth (1770-1850)

 

14:02 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : perce-neige |  Facebook | | |

01/03/2018

Patrimoine bâti

Le petit patrimoine bâti de la côte belge s'en va, pièce par pièce, au profit d'immeubles sans doute de meilleur rapport, mais quand même souvent bien moins esthétiques.

Faut-il pleurer, faut-il en rire, comme dit la chanson? Était-ce trop beau?

Il faut vivre avec son temps dit-on, mais c'était quand même joli toutes ces maisons "d'un autre temps".

DSCN2210.JPG

 

 

12:59 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

27/02/2018

La Fille au Soleil

23 portrait de fleur.JPG

Il y avait une fille,

Et il y avait un soleil.

La fille regardait par un masque de regards lointains.

Le soleil se tournait vers la fille,

Et il l’entourait de ses mille et un lumens.

La fille en devenait couleur soleil.

Et ainsi ils ne formaient plus qu’un seul et même personnage carnavalesque

Et il assombrissait la multitude des Arlequins.

 

 

 

 

09:45 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

26/02/2018

Question de points de vue

Combien pour tes rafales ?

Combien sous tes rafales ?DSCN4777.JPG

 

Ils font pleuvoir l’argent de la guerre,

Tu fais pleuvoir le plomb de la guerre.

 

Derrière ton esthétique, je vois des agissements qui me glacent.

 

Il faut bien vivre, non ?

Chacun son métier, non ?

 

Des banquiers m’ont financé autour d’un repas de fête,

Des ingénieurs m’ont conçu avec enthousiasme,

Des mécanos m’ont usiné, remplis de l’amour du travail bien fait,

Des pilotes d’essai m’ont mis au point avec l’allégresse de l’Egal des oiseaux.

 

Et tu voudrais me laisser au hangar pour je ne sais quelles obscures raisons ?

Tu n’as pas les pieds sur terre, quel gâchis ce serait.

 

09:14 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

25/02/2018

Tranquillité

Un plan d’eau tranquille,

Un air tranquille,

Un soleil tranquille,

 

Dans ma méditation,

Un visage tranquille.

 

Je vais bien.

Panorama 12 bis.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

10:00 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : tranquillité |  Facebook | | |

24/02/2018

Une fleur magique

DSCN5276.JPG

Une fleur magique j'ai trouvé,

c'est vrai.

 

Venez voir, et surtout, regardez.

 

Elle avance sa bouche lippue,

et tout s'efface autour d'elle.

 

D'une seule couleur, elle emplit savamment de grisaille toutes les dimensions de l’espace-temps autour d’elle.

Et ainsi je ne vois qu'elle, et ainsi elle en rougit de plaisir.

 

Une fleur magique j'avais trouvé,

C'est vrai.

 

Ne venez pas voir, et surtout, ne regardez pas.

 

D'un seul coup, elle s'est fanée,

et je n'ai rien pu y faire.

 

Un tout léger roitelet vient encore de temps en temps en picorer les graines.

 

Maudite mémoire !

16:23 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

17/01/2018

Poésie florale

Par les temps qui courent, un peu de poésie peut faire du bien.

Voyez ça sur YouTube au lien : https://youtu.be/5y9HwjXxwYM

Ou cliquez sur la photo ci-dessous :

Poésie florale 1.jpg

14:03 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : poésie, florale |  Facebook | | |

08/08/2017

De toutes les couleurs

On en voit de toutes les couleurs aux Ocrières de Roussillon :

Panorama 8.jpg

Panorama 9.jpg

Panorama 10.jpg

Panorama 11.jpg

Panorama 12.jpg

Panorama 14.jpg

Panorama 15.jpg

11:01 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ocrières |  Facebook | | |

07/05/2017

La Petite Fille au Soleil

Il y avait une fille,

Et il y avait un soleil.

La fille regardait par un masque de regards lointains.

Le soleil se tournait vers la fille,

Et il l’entourait de ses mille et un lumens.

La fille devenait couleur soleil.

Et ils ne formaient plus qu’un seul et même personnage carnavalesque

Et il assombrissait la multitude des Arlequins.

23 portrait de fleur.JPG

10:26 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

29/03/2017

Au Jardin Serre de la Madonne à Menton

Il n'y a pas de serre remarquable au Jardin Serre de la Madone à Menton, juste une ridiculement petite par rapport à la taille des jardins. Il faut comprendre dans ce cas le mot "serre" comme une déformation du mot "sierra" (montagne).

Par contre il y a une jolie villa perchée au sommet du jardin en terrasses, oeuvre de Lawrence Johnston.

Panorama 7.jpg

16:34 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : menton, jardin, serre, terrasse, vila, johnston |  Facebook | | |

29/12/2016

Berceuse

DSC05253.JPG

Je pourris.

Ô mais, tout doucement,

sans déranger personne,

au gré du soleil

de la pluie

et du gel.

 

Je ferme les yeux

et voilà que me bercent

à nouveau

les sifflements

du ruban de la scie.

 

Je ferme les yeux

et voilà que me bercent

à nouveau

les embruns de sciure.

 

Je ferme les yeux

et voilà que me bercent

à nouveau

les parfums des résines

de chez moi.

 

Ô ne plus jamais

rouvrir les yeux.

 

 

 

16:14 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

28/12/2016

Une photo

Fille plage.jpgSaisir l’instant,

Puis s’en aller.

 

Garder l’instant

Bien au chaud

Au creux d’une mémoire.

 

Revoir l’instant

Et n’y plus trouver

Que belle photo.

 

 

 

17:22 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

08/11/2015

Exil

Compo feuilles figure.jpg

 

Quand j’ai passé

 ton visage,

 il n’y avait

 plus rien devant.

  

Et sur les routes

de l’exil,

 c’est de lui

 que je parle

 à tout vent

 qui croise

 mon chemin.

 

 

 

17:01 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : exil, visage |  Facebook | | |

03/11/2015

Attente

Compo été automne A DSC04075.jpg

L’été s’en va dans des atmosphères de plus en plus pâles soleils.

 

L’automne s’en vient dans des couleurs de plus en plus sang et or.

 

L’hiver viendra dans de plus en plus transparentes nudités.

 

Je regarde, j’admire la nature changeante, et j’attends le printemps.

 

 

 

 

 

 

10:19 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : été, hiver, automne, soleil, nudité, nature |  Facebook | | |

02/11/2015

Rondeurs

DSCN3319.JPG

 

Et si ce soir on posait les derniers chrysanthèmes ?

 

 

 

C’était pourtant bien,

 

Un peu de rondeur

 

Au milieu des pierres anguleuses.

 

 

 

 

08:51 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chrysanthème, pierre, rondeur |  Facebook | | |

24/06/2015

Lumières

Lumière, liberté, Eiffel, tour, Paris

Lumières de la liberté.

Lumières de la ville.

Toutes deux illuminent l’Humanité.

Que serait l’une sans l’autre ?

Que serait l’autre sans l’une ?

 

Etait-il jamais libre celui qui craignait sans cesse que le ciel lui tombe sur la tête ?

Etait-il jamais vraiment libre celui qui devait sans cesse rendre compte de ses moindres pas ?

Est-il jamais libre celui qui doit sans cesse montrer qu’il suit le mouvement de la modernité ?

 

A chacun sa liberté.

 

 

 

 

 

 

 

 

11:03 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : lumière, liberté, eiffel, tour, paris |  Facebook | | |

09/06/2015

A Bras Ouverts

DSCN9352.JPG

Ici, Tu accueilles tout le monde à bras ouverts sans restriction. Mais il faut traverser l’obscurité avant de Te trouver.

Les Maçons traversent l’obscurité pour accéder aux lumières de la Raison.

Les Chrétiens traversent l’obscurité pour accéder aux lumières de l’Amour.

Faut-il vraiment choisir entre raison et amour ?

 

Les deux ensemble, c’est pas mal aussi.

 

 

09:41 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

20/05/2015

Les Forges de Buffon

DSCN0351.JPG

Pour qui s'intéresse un tant soit peu à l'archéologie industrielle, la visite aux anciennes forges de Buffon (18ème siècle) en Bourgogne est pleine d'enseignement.

On y retrouve à mon sens pas mal d'éléments du principe du kombinat de l'industrie russe soviétique. Le Dieu "rationalisation" semblait en tous cas y régner en maître.

Les coulées de fer y étaient des spectacles auxquels assistaient des invités privilégiés. C'est curieusement ce que j'ai vu récemment dans un reportage concernant la coulée des nouvelles cloches de Notre-Dame de Paris. Il y avait là aussi des "spectateurs" lors de la coulée proprement dite.

Si on peut en croire les indications sur place, ces forges auraient connu un déclin dû notamment à une direction peu compétente à partir d'une certaine époque.

Alors, éternel retour du même, aussi dans l'exploitation industrielle?

 

J'essaie d'imaginer le travail dans ces forges. Notamment, le vacarme que pouvaient créer les merlins tels que celui en photo. De quoi je me plains à mon époque?

 

 

15:55 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

16/05/2015

Wallonie

Wallonie.jpg

De noirs terrils en blonds champs de blé,

de tranquilles écluses en profondes forêts,

de fumeux hauts-fourneaux en accueillants clochers,

je regarde ma Wallonie.

 

D'yeux rêveurs en têtes blondes,

de récits de terroir en intrigantes légendes,

je rêve ma Wallonie.

 

Tant de pays grandioses,

tant de contrées fabuleuses,

 

s'évanouissent à ton approche, ma Wallonie.

 

 

18:16 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : wallonie, terril, clocher, haut-fourneau, champ, blé |  Facebook | | |

13/05/2015

Beauté

DSCN7417.JPG

Pauvre petite fleur isolée dans un monde hostile, loin des siens casés dans un joli parterre ?

Oui et non. Dans cet univers d’herbes communes, on ne voit qu’elle, et elle en premier.

Point émergent de couleurs dans la monotonie, pensez-vous qu’elle fait preuve de courage, de vertu, d’abnégation ?

Pas du tout, elle est simplement jolie, et elle est simplement là. Et c’est suffisant pour qu’elle éclaire son entourage.

 

La Beauté éclairant le monde !

 

09:57 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : fleur, rose, trémière, solitude, beauté, herbes |  Facebook | | |

09/05/2015

Prisonnière

Cage.jpg

Le texte que je présente ci-dessous est de Marlène Leclercq, membre de l'atelier d'écriture d'Oreye. Il a été fort remarqué lors d'une soirée lecture à la Bibliothèque Pierre Peret à Waremme. J'ai pensé qu'il valait vraiment la peine d'être connu.

 

""

Chère Amie,

 

Tu es certainement surprise de recevoir de mes nouvelles de manière épistolaire. Tu comprendras sans doute en lisant ces quelques lignes.

 

En effet, tu sais que depuis maintenant deux ans, je partage ma vie avec J. Et, ce qui au début me semblait un doux rêve s’est progressivement transformé en cauchemar. Ma prison d’amour et son tendre geôlier s’avèrent ressembler de plus en plus à un centre de détention et son impitoyable surveillant. Ce que je prenais pour de la folle passion n’est en fait que l’expression exacerbée de sa possessivité.

 

Je t’imagine, dubitative, en parcourant ces phrases. Mais, t’ai-je déjà menti ? Tu es la seule personne à qui je me confie…

 

Si je ne t’ai rien dit jusqu’à présent, c’est que mon tortionnaire a bien caché son jeu et qu’il maîtrise à la perfection l’art de la manipulation. Je n’ai pas compris tout de suite l’ampleur de sa folie ni la peine d’emprisonnement qui allait en découler.

 

Dans les premiers temps, je trouvais très romantique de passer toutes nos heures de liberté ensemble. Mon corps, repu de caresses et mon cerveau, anesthésié par tant de ferveur et de mots d’amour, n’aspiraient qu’à encore plus d’étreintes et de tendresse. Période bénie où nos amis ne nous ont guère vus et où, je dois bien l’avouer, j’avais retrouvé foi en l’Amour et en l’homme.

 

Quelques incidents, insignifiants, m’ont bien interpellée mais l’ardeur de son amour et son incroyable sensualité ont vite effacé mes craintes. Notamment, je me souviens qu’il a très mal réagi lorsque j’ai mis ma petite jupe noire pour aller travailler. Bizarrement, il est devenu complètement livide et est sorti précipitamment de la maison. Une autre fois, rentrée un peu tard de l’opéra, je trouvai notre appartement vide. Un sms glacial et désagréable m’apprit que je me moquais bien de lui et qu’il rentrait chez lui. Sur le coup, je n’y ai rien compris.

 

Les jours ont passé, la passion s’est atténuée et la vraie personnalité de J. s’est dévoilée, lentement, inexorablement.

 

Chaque sortie avec mes amies fait l’objet d’âpres négociations. Deux semaines avant chaque rendez-vous, l’homme abandonné tombe dans une espèce de catatonie inquiétante. Plus un mot, un regard de chien battu, une mélancolie presque palpable alternent avec des crises de colère aussi incongrues que violentes ! Le paroxysme de la folie est atteint le jour du rendez-vous fatidique. Les noms d’oiseaux fusent, les menaces ne sont plus voilées. De demi-déesse, je deviens la dernière des femmes, sans vertu, sans morale. Une traînée infidèle et provocante. Et mon calvaire ne fait que commencer. Au retour, l’inquisition prend le relai. Mille questions s’enchaînent. Il ne me fera grâce d’aucun détail et gare à moi si je me contredis ou si j’hésite. Il n’en faut pas plus pour prouver ma culpabilité.

 

Tu ne peux imaginer le nombre d’invitations auxquelles j’ai renoncé pour ne pas subir ces outrages.

 

Viennent ensuite les excuses, vibrantes et larmoyantes. Il ne comprend pas. Que lui arrive-t-il ? Il ne veut que mon bonheur. Je suis si belle et si parfaite ! Il ne me mérite pas… J’obtiens alors un sursis dans ma vie carcérale. Une remise de peine temporaire, jusqu’à ma prochaine incartade. Et crois-moi, toute récidive sera durement sanctionnée !

 

Même en dehors des crises, je subis sa tyrannie insidieuse. Chaque tenue est inspectée et critiquée. Trop court, trop décolleté, trop moulant, trop sexy, pas assez respectable pour mon âge ! Chaque sonnerie de mon portable est analysée. Chaque SMS fait l’objet d’un interrogatoire en bonne et due forme. Il faut prévenir toute délinquance, même téléphonique !

 

Sous couvert de me protéger du monde extérieur, il contrôle mes moindres faits et gestes. Ne comprends-je donc pas que tous ces barbares jaloux me salissent de leurs yeux et veulent détruire notre couple si harmonieux ? Et arrête de les exciter en leur souriant ! Tu n’imagines pas ce que les hommes ont derrière la tête !!

 

Alors je passe mon temps à tricher, à me cacher. Comment vais-je m’habiller aujourd’hui ? Surtout rien de trop court, ni trop décolleté, ni trop moulant, ni trop sexy. Je suis prête à tout pour éviter les scènes et les drames, quitte à ressembler à un sac à patates. D’ailleurs, plus personne ne me voit. Je traverse le monde la tête basse, le dos courbé, camouflée dans un grand rideau tout à fait respectable.

 

Je coupe aussi systématiquement la sonnerie de mon portable. Je n’ai pourtant rien à cacher ; il fait de moi une menteuse par asthénie. Même nos dernières vacances ont été un fiasco total. Une semaine de repos, à Santorin, magnifique île grecque, dans l’archipel des Cyclades, en mer Egée. Hôtel cinq étoiles, hyper romantique, villages blancs à coupoles bleues perchés au sommet des falaises, petits ports de plaisance, chapelles orthodoxes, paquebots de croisière qui mouillent dans la baie… séjour all inclusive, disputes et coups de gueule compris. Figure-toi que j’ai eu le malheur de me promener sur la plage, en bikini. Le comble de la provocation ! En ce début de mois de mai, au moins trois couples de touristes, sur près de 500 mètres de sable, ont pu constater mon indécence ! Pauvre idiote que je suis, je n’ai pas compris tout de suite pourquoi le son a disparu pendant 24 heures.

 

Ma douce amie, je suis à bout. J’ai tout essayé pour le rassurer. J’avais espéré qu’avec le temps, beaucoup de patience et d’amour, il aurait compris qu’il peut me faire confiance. Mais rien n’y fait. Pire, les crises se rapprochent et le malaise s’accentue. Il me fait peur.  Il y a trois jours, je l’ai surpris, inspectant mes sous-vêtements déposés dans le panier à linge. Il était très embarrassé, au bord des larmes. Il m’a fait pitié. Enfin, sa dernière trouvaille consiste à aller faire le plein de ma voiture. Mon gentleman de mari surveille ainsi les kilomètres parcourus entre deux ravitaillements. Mes mails sont passés au crible, mon téléphone régulièrement inspecté. Tu auras dès lors compris le choix de ce mode de communication un tantinet désuet. Je t’invite d’ailleurs à me répondre, par courrier, à mon adresse professionnelle ; j’ai bien peur que ma correspondance ne soit disséquée elle aussi.

 

Tel un forçat, me voici privée de liberté, en résidence surveillée. Prisonnière de guerre, aucun avocat ne peut plaider en ma faveur, aucun témoin ne peut me disculper. Une seule devise anime mon féroce maton : surveiller et punir. Coupable, sans appel, j’ai pris perpète. Et je ne sais si je dois me réjouir de l’abolition de la peine de mort.

 

 

M. ""

 

 

 

09:48 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

04/04/2015

Câlins

Clément.jpg

Au fond du petit lit, un sourire s'allume et m'accueille.

C'est un appel aux bisous.

 

Il y a comme du gazouillis dans l'air.

 

Des petits bras se tendent en attente d'autres bras.

 

Entre nous, je t'appelle "Petit Gros", mais il ne faut pas le répéter, parce que, il paraît "qu'on ne dit pas ça".

 

Voilà une belle journée de câlins qui s'annonce.

 

Mais, voyez donc comme ce monde est mal foutu!

 

Voilà déjà ces affreux Parents qui viennent te rechercher.

 

17:37 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

25/03/2015

Mimosa

DSCN9767.JPG

Il y a à l'arrière de la Chapelle Notre-Dame de Peygros, dans le massif du Tanneron, un mimosa tout à fait remarquable.

"C'est la photo qui est trompeuse" a dit le sculpteur Rodin un jour. Et c'est vrai que ça m'est parfois arrivé d'avoir été bien impressionné par une photo et puis, une fois sur place, d'avoir comme réaction "bof, ce n'est que ça finalement".

 

C'est tout le contraire dans le cas de ce mimosa. Même en grand format, même en qualité supérieure, la photo ne pourrait pas rendre complètement la magnificence de cet arbre au grand soleil. Même des Parisiens sur place ce jour-là en convenaient, c'est tout dire.

 

 

18:04 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

21/11/2014

Goutte à goutte

DSCN6541.JPG

Dans un sous-bois tranquille,

Il y avait une longue grume,

Et cette grume était de bois fraîchement abattu.

Et il y avait des gouttes,

Et ces gouttes, lentement, s'en écoulaient.

 

Dans une salle tranquille,

Il y avait une longue caisse,

Et cette caisse était de bois fraîchement poli.

Et il y avait des gouttes,

 

Et ces gouttes, lentement, s'y écoulaient.

 

 

 

14:18 Écrit par Serge Lesens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : goutte, grume, caisse, sous-bois |  Facebook | | |

07/11/2014

Capitaine Courageux

DSCN0275.JPG

Heureusement pour lui qu'il est né à d'autre époque que la nôtre ce courageux Capitaine.

Il lui en cuirait.

Il commettait d'un air si bonhomme le plus ignoble péché que l'Humanité ait jamais engendré.

 

Les marins éventrés, les têtes coupées, le sang répandu sur terre et sur mer,

on lui pardonne volontiers.

 

Les filles violées dans les Iles paradisiaques, les enfants durement exploités,

on lui pardonne volontiers.

 

Les bonnes gens ruinées par un commerce sans scrupule,

On lui pardonne volontiers.

 

 

Mais le tabac, ça, non!

 

Qu'il cache donc cette pipe qu'on ne saurait voir!

 

 

20:24 Écrit par Serge Lesens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

31/10/2014

Bizarre

DSCN8909.JPG

C'était une fille bizarre,

Elle ne sort pas de ma mémoire.

 

Elle pagayait, elle pagayait.

Sur une planche elle pagayait.

 

C'était une fille bizarre,

Elle ne sort pas de ma mémoire.

 

Elle flottait, elle flottait,

Du matin jusqu'au soir,

Elle flottait là sur son mouvant tapis bleu.

 

C'était une fille bizarre,

 

Sortira-t-elle de ma mémoire?

 

 

17:48 Écrit par Serge Lesens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

28/08/2014

Renouveau

Le très vieux chat n'attrape plus de souris,

et pleure la Petite dernière.

 

Le très vieux chat n'a rien mangé,

et pleure la Petite dernière.

 

Le très vieux chat ne mangera plus,

et pleure la Petite dernière.

 

Le nouveau petit chat s'appelle "Touffu",

n'en parlons plus.

15:51 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

13/08/2014

Pensées

DSC04442.JPG

Sur les champs de ma vie,

les pensées fleurissent,

entre les croix qui,

rang après rang,

marquent tes passages.

 

Et dans le ciel,

j'écoute maintenant

cette imperturbable alouette

dont tu voilais le chant.

 

Je ne serai pas des tiens

pour reprendre tes combats.

Ce flambeau que tu m'as lancé

de ta main démente,

je l'ai laissé se briser au sol

en mille et un morceaux.

 

Et ainsi les pensées

refleurissent à foison

sur les champs de ma vie.

 

Inspiré de : "In Flanders Fields"

 

John McCrae

 

11:33 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pensée, alouette, flambeau |  Facebook | | |

12/07/2014

Le Chat

ChatBouquet.JPG

Tu me regardes

et je te regarde.

 

Je te parle

et tu ne me comprends pas.

Tu ne me parles pas

et je te comprends.

 

Tu viens te rouler en boule

et tu rêves

au jardin où je travaille.

 

Je te fais un beau petit coin

pour toi seul,

et plutôt tu prends ma place.

 

Tu m'horripiles

et je te dis "Poussinet".

 

C'est drôle,

ne serais-tu pas

une femme

 

par hasard ?

 

 

 

15:19 Écrit par Serge Lesens dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |

28/06/2014

Au revoir

DSC03838.JPG

L'âme du vagabond

prenait son bain de lune,

et l'aile de l'Effraie,

en passant,

 

l'a balayée à jamais.

 

 

 

 

11:08 Écrit par Serge Lesens | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | |